3D rendering of DNA image

De l’édition du génome à la tradition orale : Un aperçu de deux nouveaux projets 

L’édition du génome humain : faire passer la conversation de la légitimité à la justesse 

Ces dernières années, les scientifiques ont mis au point des méthodes plus rapides, moins coûteuses et plus précises pour modifier les gènes des organismes vivants, y compris les humains. La thérapie génique s’est imposée comme un moyen prometteur de traiter un large éventail de maladies. Or, certains chrétiens s’y opposent, estimant que les scientifiques essaient de «  jouer à Dieu » . 

Le catalyseur Álvaro Pérez, un biotechnologue équatorien, a un point de vue différent :

« Je crois que l’édition de gènes est l’exercice de la créativité humaine que Dieu nous a donnée pour aimer notre prochain comme nous-mêmes », explique-t-il. « Les humains sont créés à l’image de Dieu (Genèse 1 :26), nous avons donc la capacité de concevoir. Comprendre le fonctionnement de la nature et la modifier nous permet de jouer un rôle actif dans la création et de ne pas être de simples spectateurs » . 

Néanmoins, les aspects bioéthiques et théologiques de ce type de recherche ne doivent pas être ignorés. Et Alvaro a remarqué qu’il y avait une absence de recherche à ce sujet dans le contexte latino-américain. 

Le projet d’Álvaro promouvra le dialogue sur les perspectives bioéthiques et chrétiennes de l’édition de gènes humains, visant à faire passer la conversation de « L’édition de gènes est-elle bonne ? » à « Comment peut-elle être faite de la façon la plus appropriée ? » Sachant que les chrétiens sont appelés à vivre dans la vertu et la justice, le projet comprendra des discussions sur ce que les communautés religieuses peuvent faire pour garantir un accès équitable à ces nouvelles avancées en matière de traitement médical. 

Destiné aux étudiants et aux professionnels – à l’intérieur et à l’extérieur du mouvement national IFES en Équateur -, le projet comprendra un forum académique, un article scientifique et la production d’une interview vidéo avec un expert dans le domaine. 

Photo de Álvaro Pérez
Álvaro Pérez

Recherche sur le rôle de la communication orale dans la transmission de la science, de la foi et de la culture 

Photo de Laurent Kayogera
Laurent Kayogera

« La tradition orale joue encore aujourd’hui un grand rôle dans la culture burundaise », explique Laurent Kayogera, un des catalyseurs, titulaire d’une licence en communication.  « Nous exprimons nos émotions à travers la musique. Les leçons de vie et les conseils sont transmis à la jeune génération par le biais de chansons, de devinettes, de fables et de contes ». 

Une raison pour laquelle la tradition orale est si importante au Burundi est que seulement 75 pour cent de la population adulte est alphabétisée, et qu’il y a toujours un écart entre les sexes dans les taux d’alphabétisation. Mais ce n’est pas tout à fait vrai, dit Laurent : « Même les gens instruits n’aiment pas lire autant. Nous n’avons pas beaucoup de bibliothèques, même dans les grandes villes. Les gens aiment toujours écouter les histoires qu’ils racontent. Ils préfèrent citer ce que quelqu’un d’autre a dit plutôt que quelque chose qu’ils ont lu eux-mêmes. » 

Le projet de Laurent portera sur la contribution de la communication orale à la transmission de la science, de la foi et de la culture au Burundi. Sa recherche explorera les avantages et les limites de l’utilisation de la communication orale afin d’en tirer des leçons pour améliorer la communication dans des domaines tels que l’enseignement universitaire, les églises et le mouvement national de l’IFES. 

« La tradition orale joue encore aujourd’hui un grand rôle dans la culture burundaise », explique Laurent Kayogera, un des catalyseurs, titulaire d’une licence en communication.  « Nous exprimons nos émotions à travers la musique. Les leçons de vie et les conseils sont transmis à la jeune génération par le biais de chansons, de devinettes, de fables et de contes ». 

Une raison pour laquelle la tradition orale est si importante au Burundi est que seulement 75 pour cent de la population adulte est alphabétisée, et qu’il y a toujours un écart entre les sexes dans les taux d’alphabétisation. Mais ce n’est pas tout à fait vrai, dit Laurent : « Même les gens instruits n’aiment pas lire autant. Nous n’avons pas beaucoup de bibliothèques, même dans les grandes villes. Les gens aiment toujours écouter les histoires qu’ils racontent. Ils préfèrent citer ce que quelqu’un d’autre a dit plutôt que quelque chose qu’ils ont lu eux-mêmes. » 

Le projet de Laurent portera sur la contribution de la communication orale à la transmission de la science, de la foi et de la culture au Burundi. Sa recherche explorera les avantages et les limites de l’utilisation de la communication orale afin d’en tirer des leçons pour améliorer la communication dans des domaines tels que l’enseignement universitaire, les églises et le mouvement national de l’IFES. 


Pour plus d’informations sur tous les projets de nos catalyseurs, visitez les pages web des projets ILC ou consultez la liste des titres de tous les projets en cours dans notre article de blog sur les dernières nouvelles de juillet 2023. 

Photo de l'ADN par Sangharsh Lohakare -- Unsplash

Natural Science

Find out more
All blog posts