Photo of students gardening and cleaning up their campus

Des projets pilotes explorent certains des défis les plus urgents du monde  

En janvier les catalyseurs ont abordé, entre autres, les questions environnementales, la pauvreté, la guerre et la santé publique dans le cadre de leurs projets pilotes.  

Ces projets constituent un tremplin important vers les projets de plus grande envergure que les participants à l’Initiative Logos et Cosmos (ILC) prévoient de mener sur leurs campus au cours de l’année prochaine, conjointement avec leur mouvement national IFES. Leurs projets sont de portée diverse mais ont un point commun: susciter la curiosité ainsi que l’émerveillement à l’égard de la théologie et des sciences, et soulever leur complémentarité. Les projets des catalyseurs aideront les étudiants et les universitaires à faire le lien entre la bonne nouvelle de Jésus et leurs disciplines académiques, et inciteront ces jeunes à apporter un changement centré sur l’Évangile dans leurs universités, leurs disciplines, l’Église et la société.     

En Amérique latine, Sandra Marquez a voulu en savoir plus sur l’opinion des jeunes sur la guerre, la paix et la justice dans le centre du Mexique.   

“C’est une région dangereuse”, explique Sandra. “J’ai interrogé plus de 100 étudiants et analysé leurs réponses en fonction de leur origine confessionnelle et de leur niveau d’implication dans le mouvement étudiant national. Les résultats soulèvent des questions telles que : comment pouvons-nous œuvrer pour la paix si nous n’avons aucune opinion sur la guerre et la violence ? Comment les différents groupes définissent-ils la justice et la paix?”  

Elle prévoit d’organiser des ateliers pour les étudiants universitaires qui réuniront les sciences sociales et la théologie autour de ces questions si répandues dans le centre du Mexique.    

Photo of Sandra Marquez
Sandra Marquez

Ailleurs en Amérique latine, d’autres projets pilotes de catalyseurs se sont concentrés sur des idées telles qu’un jeu en ligne pour aider à combler le fossé perçu entre la science et la foi, et le développement de ressources pour aider les étudiants à prendre des décisions judicieuses sur la vaccination. Un autre catalyseur prévoit des ateliers qui rassembleraient chrétiens et non-chrétiens pour explorer la foi, la science et le développement durable.   

Photo of students having lunch after cleaning up their campus
Des étudiants partagent un repas après avoir nettoyé leur campus

Les projets pilotes ont donné l’occasion aux catalyseurs de tester et d’affiner leurs idées. Ils seront également utilisés dans le processus de sélection lorsque ceux-ci demanderont à passer à la deuxième année du programme ILC, qui commence en avril. Ceux qui seront retenus recevront un financement et un soutien pour mener à bien leurs projets à grande échelle.  

En République démocratique du Congo, Johnny Ngunza a mené un projet pilote pour aider les étudiants de GBU, le mouvement national de l’IFES, à réfléchir au mandat biblique de protection de la création (Genèse 2:15). Il voulait les aider à explorer le rapport entre la santé et le contrôle de l’érosion au sein de l’université qu’il a fondée (Another Sound of Africa University, dont nous avons déjà parlé dans Prayerline) et ce mandat de Dieu. Suite à leur étude des Écritures, les étudiants ont pris part à un projet de jardinage et de nettoyage de deux jours sur le campus. Johnny a déclaré:   

“Je veux encourager les étudiants à réfléchir à la lumière des Écritures pour trouver des solutions à nos problèmes et je souhaite montrer que les grandes questions environnementales peuvent être traitées à la lumière des Écritures sans s’éloigner de la rigueur scientifique.”  

Au Sénégal, Albertine Bayompe Kabou a mené une enquête auprès de 12 étudiants pour aider à comprendre les causes de la pauvreté chez les universitaires. Les résultats ont révélé de nombreux facteurs : raisons socioculturelles, environnementales, économiques, psychologiques et religieuses. Ces résultats guideront le développement de son prochain projet, qui vise à aider à combattre la pauvreté tout en partageant la lumière de l’Évangile.  

Ce n’est pas un hasard si certaines des grandes questions auxquelles les catalyseurs ont choisi de s’attaquer sont parmi les défis les plus urgents de leur pays. L’un des piliers centraux de la mission de l’ILC est de donner aux jeunes universitaires et à leurs mouvements nationaux les moyens de faire converger les perspectives théologiques et scientifiques afin de relever ce type de défis et, en fin de compte, de contribuer à l’avènement du royaume de Dieu sur terre.   

Avant de concevoir leurs projets, de nombreux catalyseurs se sont inspirés du rapport sur les tendances mondiales de l’IFES, publié en 2020, qui identifie les onze tendances mondiales les plus susceptibles d’affecter le ministère des étudiants dans les années à venir. En novembre dernier, les catalyseurs ont travaillé en groupes pour explorer l’une de ces tendances mondiales et ont présenté leurs conclusions lors de l’un des ateliers en ligne de l’ILC.  

Au cours des derniers mois, les catalyseurs ont reçu une formation inestimable en matière de gestion de projet, de collaboration avec les parties prenantes et de suivi et d’évaluation – tous ces cours étant destinés à les aider à ce que leur vision devienne une réalité. Mais l’accent a toujours été mis sur le fait de planifier rigoureusement et dans la prière.   

“En plus de toute la formation qu’ils ont reçue, nous avons demandé à nouveau aux catalyseurs de ne pas oublier de prier,” a déclaré le Dr Stephen Ney, responsable des programmes de l’ILC. “Comme pour tous nos projets, nous pouvons remettre les plans de ces projets entre les mains de Dieu et lui demander de les affiner et de les utiliser pour nous façonner.” 

Environment

Find out more
All blog posts