Photo of clouds

Perspectives DES catalyseurs : Le christianisme et la science sont-ils opposés ? 

Dans le premier article de notre nouvelle série Perspectives des catalyseurs, Albertine Bayompe Kabou, doctorante sénégalaise, explique comment a évolué sa perspective de la relation entre le christianisme et la science.

Albert Einstein a dit un jour que « la science sans religion est boiteuse, la religion sans science est aveugle.1 » Mais pour moi, j’ai grandi avec l’idée que la science et la religion sont opposées. Mon père est un enseignant à la retraite et je suis issu d’une famille catholique, donc mes études étaient toujours d’un côté et aller à l’église de l’autre.  

Cette dichotomie a été renforcée lorsque je suis allé à l’université. Les universitaires y affirmaient que les chrétiens n’aimaient pas la science, en se basant sur le procès de Galilée2 . Cet astronome italien a été jugé et condamné par l’Église catholique pour avoir promu la théorie selon laquelle la terre tourne autour du soleil. J’ai découvert par la suite que Galilée était un croyant et que ses découvertes n’étaient pas une contradiction entre la science et la bible, mais entre la science et les interprétations de la bible. 

La preuve est une autre question qui a été soulevée à l’université. Les gens disaient : « Avez-vous vu Dieu ? Avez-vous des preuves ? » La science est basée sur l’observation des choses. Mais ces choses ne sont pas apparues par hasard. Elles ont été créées par Dieu. Et j’en suis venu à croire que Dieu est le maître de la science. 

« Sais-tu comment les nuages se tiennent en équilibre, ces merveilles de celui qui a une connaissance parfaite ? »
(Job 37: 16) 

La Bible nous dit que Dieu est celui dont la science est parfaite. Le livre de Job dit : « Arrête-toi et considère les merveilles de Dieu. Sais-tu comment Dieu dirige les nuages et fait jaillir les éclairs ? Sais-tu comment les nuages se tiennent en équilibre, ces merveilles de celui qui a une connaissance parfaite ? » (Job 37, 14-16) 

Devrions-nous dire que celui qui a la science parfaite (Dieu) est aussi contre ? Non ! Au contraire, la Parole de Dieu nous encourage à rechercher la compréhension en nous appuyant sur Lui. Proverbes 8:10-11 dit : « Choisis mon instruction plutôt que l’argent, la connaissance plutôt que l’or de choix, car la sagesse est plus précieuse que les rubis, et rien de ce que tu désires ne peut lui être comparé.

Je suis venu à Christ pendant mes études, mais tout a changé pour moi pendant mon doctorat lorsque j’ai rencontré Impact, le groupe IFES pour les chercheurs au Sénégal. Là, on m’a enfin dit que je pouvais glorifier Dieu en le servant par mes études. En tant qu’économiste, j’avais toujours voulu honorer Dieu avec mes recherches mais je ne savais pas comment. 

Mon point de vue sur la foi et la science a changé encore plus lorsque j’ai rejoint l’Initiative Logos et Cosmos (LCI) en 2021 en tant que « Catalyseur » . Ce fut une histoire d’amour dès le tout premier cours que nous avons suivi, intitulé « Engager l’université ». Ce cours m’a amené à revoir ma position vis-à-vis de l’université et de la vie sur le campus.  

Il est important de comprendre que dans mon contexte, lorsqu’un jeune dit qu’il veut aller à l’université, la première chose qu’il entend est « Faites attention ! ». L’université est synonyme de corruption et les parents craignent que leurs enfants soient corrompus par de mauvaises influences. 

Photo of Albertine Bayompe Kabou
Albertine Bayompe Kabou

Quand j’ai commencé l’université, je me suis dit que j’irais en cours et que je rentrerais chez moi. Et c’est tout. J’essayais de ne pas être en contact avec d’autres personnes. 

Lorsque j’ai lu un livre de John Stott3 dans le cadre de mes études à l’ILCI et que j’ai découvert son idée de “double écoute” – écouter à la fois les Écritures et le monde qui nous entoure – cela a été un énorme changement pour moi. Je me suis dit : « Albertine, tu dois commencer à écouter l’université, tu dois être en contact avec l’université et commencer à apporter ta contribution. Tu as quelque chose à donner à l’université. » 

L’idée de la double écoute de John Stott a inspiré le sujet de mon projet pour le LCI, qui porte sur la pauvreté. 

Photo of Cheikh Anta Diop University of Dakar
l’université Cheikh Anta Diop de Dakar

En collaboration avec mon mouvement étudiant national, GBU Sénégal, je prévois de mener une étude pour aider à comprendre les causes profondes de la pauvreté chez les étudiants. Les étudiants de mon université – l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (à gauche) – sont confrontés à de nombreuses difficultés. Il s’agit notamment de la pauvreté et des retards dans le paiement des bourses d’études, et un rapport récent4 a révélé que certains étudiants pauvres se prostituent pour faire face à la pauvreté. 

Dans l’élaboration de nombreuses stratégies d’éradication de la pauvreté, l’État n’implique pas les personnes concernées. Je veux donc consulter les étudiants eux-mêmes et leur donner les moyens d’être des agents de changement dans leur propre sortie de la pauvreté.   

Mon étude comprendra des questions sur la situation économique des étudiants, ainsi que sur leur vie et leurs croyances religieuses. Au Sénégal, l’Islam est la principale religion et les écoles coraniques traditionnelles appelées « Daaras » sont connues pour encourager une culture de la mendicité5 parmi leurs étudiants.  

J’examinerai également les attitudes envers la pauvreté qui font partie de la tradition ancestrale africaine, dans laquelle les gens se livrent à des rituels pour vénérer leurs ancêtres ou d’autres divinités. Par exemple, je verrai si certains élèves croient que leur pauvreté est causée par une malédiction et qu’ils ne peuvent pas changer leur situation à moins que la malédiction ne soit annulée.  

Je crois que nous devons comprendre les traditions de foi des autres : si nous sommes appelés à être la lumière, alors nous devons d’abord comprendre les ténèbres qui nous entourent. 

Après avoir terminé mon étude, j’envisage d’organiser l’année prochaine une conférence qui réunira des étudiants ainsi que des experts en théologie, en économie, en sociologie et en entrepreneuriat, afin de discuter des stratégies de lutte contre la pauvreté des étudiants. 

La bible parle de la pauvreté tant économique que spirituelle. Mon projet visera à lutter contre la pauvreté tout en partageant la lumière de l’Évangile. Dieu dit qu’il est le refuge des pauvres. Je crois que cette réalité sera un moyen de réconforter les gens qui sont pauvres, de savoir que quelqu’un – qu’un grand Dieu – prend soin d’eux.

LES NOTES DE FIN DE PAGE

1Einstein, Albert (1950) “Out of My Later Years” Philosophical Library Inc. https://books.google.com/books ? id=Q1UxYzuI2oQC&pg=PA26#v=onepage&q&f=false

3Stott, John (1992) “The Contemporary Christian: Applying God’s Word to Today’s World” Chapter 6: The Listening Ear.

4Maïmouna, Ndiaye (2021) “The sources of student prostitution” (Report at Cheikh Anta Diop University in Dakar, Senegal)

5Human Rights Watch report (2010) “Off the backs of the Children: Forced Begging and Other Abuses against Talibés in Senegal” https://www.hrw.org/fr/report/2010/04/15/sur-le-dos-des-enfants/mendicite-forcee-et-autres-mauvais-traitements-lencontre; Wikipedia article on “Daaras” https://en.wikipedia.org/wiki/Daara

CRÉDITS PHOTOS 

Photo de nuages : Stephanie Klepacki sur Unsplash 

Photo de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar : Rignese, CC BY-SA 3.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0 via Wikimedia Commons 

All blog posts